Elex II: C’est l’histoire d’un mec qui tue des monstres

Je viens d’aller à Dreamland m’acheter le jeu Elex II qui était en promo sur Playstation 4.

Voici la photo de la jaquette.

Ainsi que du blu-ray.

Histoire:

Si les premiers instants font un peu déchanter en terme de graphismes en donnant le ton pour le reste du jeu, ce premier contact n’est pas beaucoup mieux avec l’histoire, mais, heureusement, ce n’est pas représentatif avec la suite.

Au cours de ces premières cinématiques, on découvre Jax, qui a adopté une vie d’ermite dans la montagne et qui se fait déloger au milieu de la nuit par l’arrivée d’un avant-poste alien, puis est poursuivie par des créatures alien. Elles ne parviennent pas à le tuer, mais le blesse et l’infecte malgré tout. On prend alors le contrôle de Jax dans une zone qui n’a pas grand chose à voir avec celle montrée dans la cinématique qui précède et qui s’inquiète pour son fils dont il n’avait jamais été question jusque-là, qui est censé vivre avec lui, mais réside en réalité chez sa mère.

L’introduction est assez confuse et ratée, mais c’est le seul moment où c’est vraiment comme ça.

Pour le reste du jeu, on a une histoire qui, dans le fond, ne vole pas bien haut : dans Elex, on alliait les factions pour affronter un ennemi commun plus puissant alors que dans Elex II, on allie les factions pour affronter un ennemi commun plus puissant. Néanmoins, en creusant un peu plus, les différentes histoires et les personnages sont plutôt bien écrits.

Premier fait appréciable, on est en cours d’invasion et celle-ci se développe au fur et à mesure qu’on progresse dans l’histoire. On ne se retrouve pas à faire un tas de tâches à gauche à droite alors qu’il y a bien plus urgent à faire. Le jeu laisse suffisamment de latitude pour réaliser des actions qui ne font pas directement progresser la trame principale (mais avec tout de même des passages pendant lesquels ils font ressentir un peu plus d’urgence et où on va naturellement s’en occuper en priorité même si ça ne changerait probablement rien de prendre tout le temps qu’on souhaite).

Précisons au passage que Jax dispose d’une jauge de destruction, qui diminue lors de choix pacifique et augmente lors de choix agressif (dont attaquer des PNJ sans raison ou même attaquer des créatures inoffensives présentes juste pour mettre un peu de vie dans le paysage). Par contre, aucune idée de ce qu’elle peut bien faire (probablement un impact sur la fin).

Comme beaucoup de jeux, celui-ci proposé une sauvegarde automatique. 🙂

Je vous ai aussi fait deux vidéos, la première avec le prologue et la suivante comme je n’avais pas beaucoup le temps, une très courte vidéo de gameplay mini-découverte.

Elex II #01: Prologue.

Elex II #02: Gameplay découverte.

Et pour terminer, voici l’écran de lancement du jeu.

MultiVersus: Ca smash pour toi

En allant sur le Playstation Store, j’ai constaté que la bêta ouverte du jeu free-to-play MultiVersus venais de sortir, je l’ai donc téléchargé afin de voir ce qu’il donne.

MultiVersus est un jeu de combat multijoueur fortement inspiré du maître. Super Smash Bros. Le concept est aussi simple qu’efficace. Plusieurs joueurs s‘affrontent au sein d’une arène 2D et cherchent à s’éjecter de celle-ci en augmentant la jauge de dégâts ce qui facilite l’éjection. Le jeu de Warner Bros. essaye toutefois de se démarquer de la concurrence en apportant quelques ajustements et nouveautés sans jamais toucher aux grands principes inhérents à ce sous-genre dont voici la bande annonce.

MultiVersus: Bande annonce cinématique.

Les habitués ne seront que peu dépaysés par les mécaniques de jeu qui s’assimilent très rapidement afin de rendre le gameplay accessible au plus grand nombre. Il se dégage des combats un fun immédiat fait d’attaques enchaînées, d’esquives et de prises de risques calculées. MultiVersus mise principalement sur des joutes nerveuses, parfois chaotiques, et une dimension coopérative pour séduire les joueurs. La coopération s’avère ici centrale, et peut faire la différence entre victoire et défaite à haut niveau. Tous les personnages, au nombre de coups assez réduit, sont ainsi pensés pour créer des synergies avec les autres ce qui change l’approche des combats en incitant les joueurs à faire preuve de stratégie.

Bien que privé d’une campagne scénarisée, MultiVersus offre plusieurs modes de jeu, tous online, afin de contenter les amateurs de baston. La coopération est sans surprise mise en avant avec le 2v2 et la Coop vs IA auxquels se greffent l’indémodable 1v1 et le Chacun pour Soi destinés aux puristes ainsi que le Labo qui fait office de zone d’entraînement. La seule option Solo se résume à affronter des bots dans les modes cités précédemment. La dernière production Warner Bros. se dote aussi des mêmes modes multijoueur en local de 2 à 4 joueurs, exception faite du Coop vs IA, ce qui parlera aux amateurs de versus entre amis.

Pour une raison mystérieuse et qui le restera, plusieurs figures iconiques tirées des principales licences de Warner Bros. sont invitées à s’affronter après avoir été transportées dans des arènes communes. Rien de plus ne vient enrichir un multivers servant surtout de justification à des combats acharnés. MultiVersus s’offre littéralement un casting intergénérationnel pour son lancement avec pas moins de 17 combattants parmi lesquels Batman, Superman, Wonder Woman et Harley Quinn (DC Comics), Bugs Bunny, Tom & Jerry, et Taz (Looney Tunes), Arya Stark (Game of Thrones), Sammy et Véra (Scooby-Doo), Garnet et Steven (Steven Universe), Finn the Human et Jake the Dog (Adventure Time), Le Géant de Fer et pour finir Lebron James version Space Jam. Player Fist Games a même imaginé un personnage original nommé Chien-Renne. A noter que deux autres combattants arriveront au cours du mois d’août… Rick et Morty de la série éponyme.

Les affrontements prennent forcément place dans les lieux iconiques des différentes sagas mentionnées ci-dessus. Lors de la Bêta ouverte, 7 arènes sont disponibles, à commencer par la Batcave, le Manoir Hanté Scooby, la S.A.L.L.E des trophées, le Labo, l’Arbre Maison, etc. Warner Bros. ne fait pas les choses à moitié et mise avant tout sur le fan service pour plaire aux différentes communautés. L’actrice Maisie Williams prête ainsi sa voix au personnage d’Arya Stark (Game of Thrones), et il en va de même pour Kevin Conroy, interprète du Chevalier Noir dans la mythique série animée Batman: The Animated Series de 1992.

MultiVersus est un Free to Play, comprendre ici que le jeu édité par Warner Bros. est disponible gratuitement. Toutefois, ce modèle économique implique des achats intégrés et tout un environnement incitant à dépenser. Deux monnaies virtuelles (l’Or et le Gleamium) permettent d’obtenir aux choix des personnages, des Atouts ou encore des boosts d’XP afin de débloquer plus rapidement des personnages et même d’acheter le Battle Pass pour la période en cours.

A noter que les combattants mis à disposition gratuitement subissent une rotation hebdomadaire chaque mardi. Un personnage disponible peut dès lors se retrouver inaccessible par la suite, sauf si vous l’avez déjà « acheté ».

Grand classique des Free to Play modernes, le Battle Pass invite les joueurs à remplir une longue série de défis”échelons” afin de franchir un à un les différents paliers (au nombre de 50). Le but final se résume à gagner des récompenses, souvent cosmétiques, le Saint Graal étant de nouvelles variantes pour les combattants.

Il existe en réalité deux Battle Pass avec leurs propres rewards… un gratuit et un autre Premium et donc payant qui offre des items bien plus intéressants et surtout des skins inédits.

Toutes ces fonctionnalités parleront avant tout aux joueurs désireux de tout débloquer afin de profiter à 100% de MultiVersus. Cependant, l’expérience concoctée par Player First Games s’avère plaisante sans même débourser le moindre centime. L’approche Free to Play permet à quiconque de s’essayer aux jeux de combat… une philosophie qu’il convient de saluer.

Pour l’instant j’ai juste fait le tutoriel donc vous trouverez la vidéos juste après, il permettait de débloquer le personnage de Wonder Woman.

Voici la vidéo du tutoriel que je vous ai enregistré

MultiVersus #01: Premier tutoriel.

Mission accomplie, Wonder Woman est débloquée 🙂

L’écran de lancement de partie à aussi changé.

Juste pour le fin je vous met la photo de Véra qui conduit sur le patch note.

L’écran chargement de partie.

Et pour terminer, l’écran de lancement du jeu.

Tribes of Midgard: Le Valhalla peut attendre !

Je viens de recevoir le jeu vidéo Tribes of Midgard (deluxe edition) sur Playstation 4.

Tribes of Midgard est un nouveau jeu dans lequel les joueurs doivent résister à l’invasion des Géants durant le Ragnarök.

Se déroulant dans des mondes remplis de créatures sombres, de dieux mystérieux et de matériaux abondants à découvrir, vous incarnez un Viking vivant dans un village qui abrite la pousse d’Yggdrasil, le dernier rempart qui protège les dieux des autres Royaumes. 

Vous devrez explorer les étendues sauvages pour fabriquer de nouvelles armes et vous préparer à défendre le centre sacré de votre village contre des ombres sinistres venues de Helheim qui en veulent à son pouvoir.

Pendant ce temps, des Géants se rapprochent de plus en plus de votre village, cherchant à détruire Midgard et à accomplir la prophétie de la fin du monde.

Au premier coup d’oeil, on pourrait penser que Tribes of Midgard est un Hack & Slash inspiré de Diablo et consorts visant à faire accumuler un maximum de loot au joueur. Finalement, il s’apparente plus à un Rogue-Lite mâtiné de tower defense et ressemble bien plus à un Don’t Starve qu’à un action-RPG. Dans ToM, jusqu’à 10 joueurs sont lâchés sur une carte générée procéduralement. Au centre de cette carte se tient leur village au milieu duquel trône un arbre ancestral qu’il faut protéger de vagues de monstres nocturnes contrôlés par l’IA. Si cet arbre est détruit, c’est la défaite instantanée et vous devrez reprendre toute votre progression depuis le début. Pour le défendre, les Vikings doivent améliorer leur équipement et leur campement. Ainsi, comme dans la plupart des jeux de survie, il faudra courir à travers champs pour récolter des matériaux essentiels. Le silex et les branches permettent d’assembler une pioche et une hache rudimentaires qui permettent de récolter des matériaux plus avancés.

Voici les photos de la jaquette.

Ainsi que du blu-ray du jeu.

Avant de commencer à jouer je vous conseille de laisser la mise à jour se faire tranquillement si vous ne voulez pas être bloqué indéfiniment sur cet écran.

Pour commencer, voici les différentes commandes.

Me voici tel que je suis au début du jeu.

Des défis quotidiens et hebdomadaires vous sont proposé afin d’obtenir différente (monnaies) en jeu.

Une fois récupéré assez de « monnaie » vous pouvez passer par la boutique acheter des améliorations dont voici quelques exemples.

Ensemble Helting:

Ensemble Valkyrie Déchue:

Ensemble du Roi singe:

Pour l’instant je n’ai pas découvert grand chose à voir la carte que j’ai visité pour l’instant.

N’ayant pour l’instant aucun outil pour prospecter, mon inventaire est principalement constitué de plantes.

lorsque vous mourez, pas de panique, il vous est possible de récupérer votre butin pendant un petit temps.

Pour ce qui est des vidéos, voici les deux seules vidéos que j’ai eu le temps de vous faire.

Tribes of Midgard #01: Intro.

Tribes of Midgard #02: Tutoriel.

Pour terminer, voici deux versions de l’écran de lancement.

Avant mise à jour:

Après mise à jour:

Pokémon: Guide ultime

Je me suis aussi acheté ceci que j’ai trouvé par hasard à la librairie, un livre sur Pokémon qui est en fait un guide Pokedex complet incluant la 8ème génération.

Voici un aperçu du contenu.

Et pour finir voici la couverture arrière.

Spiritfarer: Partie #02: Le chantier naval d’Albert et quelques modifications

J’allais aller dormir quand je me suis dit de jouer un peu à Spiritfarer, je m’y suis donc mis et j’ai avancé un peu dans le jeu ce qui m’a permis d’avoir de nouvelles option dont celle de construire, voici la vidéo de la partie que je viens de faire contenant ma progression ainsi que quelques détails supplémentaires sur l’histoire.