Cars: Les films

En guise d’introduction de la série animée qui arrive demain sur le blog, je me suis dit de vous présenter les résumés et aperçus des trois films Cars.

Cars 1 (2006):

Cars: Quatre Roues ou Les Bagnoles au Québec (Cars) est le septième long-métrage d’animation entièrement en images de synthèse des studios Pixar. Sorti en 2006 et coproduit par les studios Disney, le film se déroule dans un monde peuplé d’automobiles anthropomorphes.

Dans un monde peuplé entièrement de véhicules vivants, Flash McQueen, une voiture de course rouge est un jeune champion de course avide de succès et promis à une très belle carrière. Un jour, il se retrouve abandonné par accident en plein désert en essayant de retrouver son chemin, il arrive dans la petite ville de Radiator Springs, située sur la mythique Route 66. Il va s’y faire de nouveaux amis et découvrir des choses bien plus importantes dans la vie que de franchir en premier la ligne d’arrivée. Une suite, intitulée Cars 2, est sortie le 27 juillet 2011, elle-même suivie de Cars 3, sortie le 2 août 2017.

Histoire:

Lors du Dinoco 400, la dernière course de la saison de la Piston Cup, trois coureurs sont à égalités de points : le septuple champion Strip Weathers, dit le King, qui tente de remporter sa huitième Piston Cup avant de prendre sa retraite, l’habituel second, Chick Hicks, qui a recours aux accidents forcés pour prendre de l’avance, et le talentueux mais arrogant nouveau venu Flash McQueen. En queue de peloton, Flash évite un accident impliquant plusieurs voitures, délibérément provoqué par Chick. Pendant que les autres voitures s’arrêtent pour changer de pneus, McQueen reste en piste pour prendre la tête. Grâce à cette avance, il domine la fin de course, jusqu’au dernier tour où ses pneus arrière éclatent. Chick et le King le rattrapent, mais les trois franchissent la ligne d’arrivée exactement au même moment.

Une nouvelle course est donc organisée à Los Angeles, en Californie, pour départager les trois vainqueurs. McQueen est prêt à tout pour gagner la course, non seulement pour être le premier rookie à remporter la Piston Cup, mais aussi parce que cela lui permettrait de quitter le parrainage peu glorieux de Rust-eze, une entreprise de pommade pour pare-chocs, et de prendre la place du King dans la prestigieuse écurie Dinoco. Cependant, il a du mal à travailler avec les autres en raison de son égoïsme, ce qui lui a valu de renvoyer trois chefs d’équipe et de voir son équipe des stands démissionner après la course.

Désireux d’arriver en Californie le plus vite possible pour discuter avec Dinoco, Flash pousse son transporteur et unique ami, Mack, à voyager toute la nuit sur l’Interstate 40. Alors que McQueen dort, Mack s’assoupit et est réveillé en sursaut par une bande de délinquants tunés, ce qui fait tomber Flash de la remorque. McQueen se réveille au milieu de la circulation, évite plusieurs collision, et quitte l’autoroute à toute vitesse à la recherche de Mack. Perdu sur la mythique Route 66, il cherche à rejoindre l’autoroute le plus vite possible, mais est pris en chasse par le shérif de Radiator Springs, en Arizona. Prenant les pétarades de l’échappement du shérif pour des coups de feu, Flash McQueen panique et prend la fuite, endommageant par inadvertance la chaussée de la route principale.

Le lendemain matin, Flash McQueen se réveille à Radiator Springs et découvre qu’il est en prison. Après une rapide conversation avec Martin, une dépanneuse, il est conduit au tribunal pour y être jugé. Le juge Doc Hudson, qui est également le médecin de la ville, décide en le voyant d’immédiatement le chasser, mais l’avocate Sally Carrera arrive et parvient à convaincre Doc Hudson de l’obliger à réparer la route. Flash McQueen est alors attelé à Bessie, une goudronneuse, et se voit imposé de réparer les dégâts qu’il a causés avant de pouvoir quitter la ville. Cependant, la prochaine course pour départager les vainqueurs de la Piston Cup doit avoir lieu dans moins d’une semaine et Flash McQueen est pressé de s’y rendre, afin de rencontrer Dinoco. Après une tentative d’évasion ratée, il se résigne à réparer la route mais dans son empressement bâcle le travail. Fatigué d’entendre les complaintes de la voiture de course, Doc Hudson défie Flash McQueen de le battre à la course. Si Flash McQueen gagne, il pourra partir librement, s’il perd, il devra réparer la route. Flash relève le défi et démarre la course en trombe, laissant Doc Hudson dans son nuage de poussière, ce dernier n’ayant même pas bougé. Cependant, Flash arrive trop vite sur un virage et le sol sableux lui fait perdre son adhérence, ce qui l’envoie au terme d’un dérapage se planter dans des cactus. Doc, qui avait prévu la chose, demande à Martin de l’accompagner pour récupérer Flash et est déclaré vainqueur. Flash McQueen se voit donc obligé non seulement de détruire la portion de route qu’il avait bâclé, mais également de recommencer la réparation.

Le lendemain matin, la ville découvre que Flash McQueen a fini de réparer une portion de route et tous sont étonnés par la perfection de son travail. Étant donné qu’il était arrivé à court de goudron au beau milieu de la nuit, le Shérif a autorisé Flash à s’entraîner sur le circuit de terre, sous sa surveillance. Flash essaye désespérément de passer le virage problématique, mais échoue sans arrêt. Doc lui suggère alors de braquer ses roues dans le sens opposé au virage, mais McQueen est en colère et refuse de l’écouter. Il décide cependant d’essayer la chose, bien qu’elle lui semble farfelue, et termine à nouveau sa course dans les cactus. C’est alors que Sally l’invite à venir passer la nuit au Cozy Cone Motel et que Martin qui s’amuse de l’évolution de leur relation.

Le lendemain matin, alors qu’il cherche le shérif, Flash McQueen se retrouve dans le garage de Doc et découvre son secret : Doc est en réalité Hudson Hornet, une légende des circuits, ayant remporté la Piston Cup trois fois d’affilée, en 1951, en 1952 et en 1953. Plus tard, Sally invite Flash à l’accompagner pour une promenade dans les environs de Radiator Springs et l’emmène au Wheel Well Motel, un vieux motel abandonné d’où ils peuvent contempler le paysage. Sally lui raconte alors comment elle est arrivée là et comment la construction de l’autoroute, quarante ans plus tôt, a transformé Radiator Springs en une ville fantôme. Lors de son retour à Radiator Springs, Flash McQueen surprend Doc sur le circuit de terre et est impressionné par son pilotage. Mais, dès que Doc l’aperçoit, il tourne les talons et retourne à son garage, où Flash le suit. Doc est fâché et lui ordonne de sortir, mais Flash insiste et lui demande pourquoi il a quitté le monde de la course automobile alors qu’il était si brillant. Doc lui montre un article de journal et lui explique finalement qu’il n’est pas parti volontairement, mais qu’il a eu un grave accident en 1954. Une fois réparé, Doc a bien essayé de participer à nouveau aux courses, mais il en a été écarté au profit de rookies. Finalement, Doc demande à Flash de terminer la route et de quitter la ville.

Le lendemain matin, alors qu’il vient juste de finir de réparer la route, Flash McQueen décide de rendre service à tous les habitants de Radiator Springs, notamment en se laissant relooker. Le soir ils organisent une fête en son honneur, au cours de laquelle Sally et Flash tombent amoureux, mais sont interrompus par l’arrivée d’une foule de journalistes et de véhicules en tout genre, dont Mack, qui est venu chercher Flash pour l’emmener sur le lieu de la course. Sally est très déçue de découvrir que c’est Doc qui a informé la presse et la ville tout entière est affectée du départ de Flash.

Lors de la course, en Californie, Flash n’arrête pas de se remémorer Sally et Radiator Springs. Plongé dans ses souvenirs, il est vite distancé par ses concurrents, jusqu’à ce qu’une bonne partie des habitants de Radiator Springs viennent se joindre à son équipe pour le soutenir. Doc, qui est venu en tant que directeur technique, ne manque pas d’être remarqué par tout le monde étant donné sa grande renommée. Guido se montre également d’une aide incroyable, parvenant à changer les roues de Flash plus rapidement à lui tout seul que toute une équipe. Tout ceci encourage Flash McQueen, il parvient ainsi à reprendre la tête de la course, loin devant Strip Weathers et Chick Hicks. Mais ce dernier est mauvais perdant, et refuse de terminer dernier, il assène alors un coup violent au King, lui faisant perdre le contrôle et l’éjectant hors de la piste. Après plusieurs tonneaux, Strip Weathers s’immobilise, accidenté. Flash McQueen, voyant le résultat du crash, se remémore l’accident de Doc ayant mis un terme à sa carrière. À quelques mètres de l’arrivée, il pile sur ses freins et s’arrête juste avant la ligne, laissant Chick Hicks gagner la course. Flash rejoint Strip Weathers, et le pousse jusqu’à la ligne d’arrivée pour lui faire dignement terminer sa carrière.

Grâce à sa tricherie, Chicks Hicks remporte la Piston Cup, mais est huée par la foule. Flash McQueen se voit offrir son rêve, Tex lui proposant de rejoindre l’équipe Dinoco pour la beauté de son esprit sportif, mais le cœur de Flash a bien changé et il ne peut se résigner à quitter l’équipe Rust-eze qui lui a mis le pied à l’étrier et l’a amené là où il est. Après la course, Flash revient à Radiator Springs, là où il a décidé d’implanter son quartier général de course. Grâce à Flash McQueen, la ville connaît un boom touristique, ce qui la revitalise, et l’ancienne Route 66 autrefois abandonnée est ainsi redevenue une route majeure, étant officiellement classée « Route 66 Historique ».


Court métrage: Martin et la Lumière fantôme (2006):

Martin et la lumière fantôme est un court-métrage des studios Pixar, réalisé en même temps que leur septième film, Cars, le 9 juin 2006 et réalisé par John Lasseter et Dan Scanlon. Cependant, ce court métrage est sorti bien après le film, puisqu’il était destiné à servir de bonus pour la sortie du DVD de Cars.

Histoire:

Ce court métrage fait référence à un passage du long-métrage Cars, celui où les journalistes envahissent Radiator Springs et qu’un hélicoptère braque son projecteur sur Martin. Voyant cette lumière bleue sortant de nulle part, Martin se met alors à trembler de peur et dit « c’est la lumière fantôme ». Durant le film on n’en saura pas plus sur cette lumière fantôme, cette remarque de Martin est donc un jalon posé pour créer un thème pour le court métrage et le connecter au film.

L’histoire prend place à Radiator Springs, où Flash McQueen a décidé d’habiter. Il subit tout comme les autres habitants du village les farces de Martin qui se fait un plaisir de faire peur aux gens pour les faire sursauter.

Un soir où tous les habitants se sont retrouvés au V8 Café de Flo, le shérif raconte à Flash la légende de la lumière fantôme. Il explique que cette mystérieuse lumière bleue fait disparaitre les voitures imprudentes qui circulent dans le désert la nuit et qui ont le malheur de la croiser. On ne retrouve de ces malheureux que leur plaque d’immatriculation.

Une fois rentré chez lui, Martin tremble encore de peur en repensant à cette histoire. Tout à coup, une lumière bleue apparait derrière lui. La panique le gagne et il s’enfuit droit devant lui en hurlant de terreur. En réalité Flash et Guido ont accroché une lampe bleue sur le crochet de remorquage de Martin.

Lorsque Martin réalise qu’on lui a fait une farce, il entend alors les rires des autres habitants qui se sont régalés du spectacle. Alors que Martin reprend son souffle, le shérif lui fait la morale et lui dit que : « La seule chose dont il faut se méfier, c’est de son imagination » et Doc Hudson lui dis « Ton imagination et aussi l’abominable Banshee ». À peine le Doc a-t-il fini sa phrase que tous les habitants se précipitent pour rentrer chez eux. Martin reste seul dans l’obscurité, tremblant de peur à l’idée du terrible Banshee.

Après le générique de fin, le dernier plan montre un énorme véhicule de chantier menaçant sur lequel est gravé « banshee ». Il se tient immobile derrière Martin, mais contre toute attente, lorsque Martin le remarque, il lui dit très calmement: « Vous ne devriez pas rester ici, c’est dangereux, il paraît qu’il y a un certain Banshee qui rôde dans les parages… mais je ne l’ai pas encore vu. ». Puis Martin s’en va. Banshee est tellement surpris par la réaction de Martin qu’il ne cherche même pas à le poursuivre.


Cars 2 (2011):

Cars 2, ou Les Bagnoles 2 au Québec, est le 121e long-métrage d’animation des studios Disney. Réalisé en images de synthèse par John Lasseter et Brad Lewis pour Pixar, il est la suite de Cars sorti en 2006 et suivi par Cars 3 en 2017. Succès surprise au box-office, le film est majoritairement critiqué de façon moyenne, voire négative. Il est considéré comme le premier échec critique des studios.

Le film est sorti sur les écrans français le 27 juillet 2011 en Disney Digital 3-D et IMAX 3D dans les salles équipées. C’est la deuxième suite que propose le studio après Toy Story 2.

Histoire:

Quadruple champion de la Piston Cup, la voiture de course Flash McQueen revient chez lui à Radiator Springs et retrouve son meilleur ami, Martin, et sa petite amie, Sally Carrera. On apprend par ailleurs que Doc Hudson est décédé (ceci s’explique par le fait que Paul Newman, l’interprète original de Doc Hudson, est mort avant la production du film). L’ancien magnat du pétrole Sir Miles Axlerod, maintenant défenseur de l’énergie verte et reconverti en voiture électrique, annonce une série de courses appelées le « World Grand Prix », comme un moyen de promouvoir l’Allinol, un carburant qu’il a créé. Bien que McQueen refuse d’abord de participer, le défi lancé par la voiture de Formule 1 italienne Francesco Bernoulli, ainsi que l’intervention de Martin, le conduisent à entrer dans le Grand Prix. À la demande pressante de Sally, McQueen accepte d’emmener Martin au Japon avec lui. Mais la dépanneuse l’embarrasse à plusieurs reprises à cause de sa joyeuse naïveté.

Pendant ce temps, un groupe de voitures terroristes dirigées par le professeur Zündapp et un maître d’œuvre inconnu possède les plus grandes réserves de pétrole inexploitées dans le monde. Ils complotent secrètement pour sécuriser leurs profits pétroliers en utilisant un émetteur d’ondes électromagnétiques déguisée en une caméra de télévision pour enflammer le carburant Allinol, avec pour cible les voitures de course concourant lors du Grand Prix. Sans cause apparente pour les explosions, le public mettrait en doute la sécurité du carburant et préfèrera acheter le pétrole du groupe incriminé. Les espions anglais Finn McMissile et Holley Shiftwell essayent de déjouer leur complot. Ils tentent d’organiser un rendez-vous avec l’espion américain Rod « Torque » Redline lors d’un événement promotionnel du « World Grand Prix », à Tokyo, afin de recevoir des informations sur le cerveau de l’affaire. Cependant Redline est acculé par les sbires de Zündapp et confie ses informations à l’insoupçonnable Martin avant d’être capturé puis tué. Par conséquent, Shiftwell et McMissile prennent Martin pour leur contact américain.

Pendant la première course à Tokyo, McMissile et Holley aideront Martin qui n’a pas encore pris conscience de l’importance des informations, à échapper aux sbires de Zündapp. En même temps, Martin donne par inadvertance de mauvais conseils à McQueen qui lui font perdre la course. En attendant, Zündapp utilise l’arme sur les coureurs Miguel Camino, Rip Clutchgoneski et Max Schnell. À bout de patience à cause du comportement embarrassant de Martin, ainsi que de ses mauvais conseils, McQueen fustige Martin, qui décide de retourner à Radiator Springs. Finn McMissile, qui continue de croire que Martin est un espion américain, l’aide à échapper une nouvelle fois aux complices de Zündapp à l’aéroport de Tokyo.

En Italie, site de la deuxième course, Martin, déguisé, infiltre la réunion des criminels et découvre le plan de Zündapp. Grem et Acer, de leur côté, utilisent leur caméra modifiée sur Carla Veloso et Nigel Gearsley. Plus tard, Shu Todoroki est touché et se fait percuter par plusieurs autres pilotes (Miguel Camino, Max Schnell, Raoul ÇaRoule et Rip Clutchgoneski). Lewis Hamilton et Jeff Gorvette parviennent à éviter le carambolage tandis que Francesco Bernoulli et Flash McQueen parviennent à franchir la ligne d’arrivée, avec la victoire de Flash. Avec le carburant Allinol qui fait l’objet de soupçons, Axlerod suspend son utilisation pour la dernière course en Angleterre, mais McQueen décide de continuer à l’utiliser. Les criminels décident de neutraliser McQueen dans la prochaine course car s’il gagne, il prouvera à tout le monde que l’Alinoll est sans danger. En entendant cette nouvelle, Martin sursaute et casse accidentellement une pièce de son déguisement, faisant disparaître ce dernier. Bien qu’il ait réussi à s’échapper avec ses armes, il est ensuite capturé avec McMissile et Shiftwell.
Finn McMissile.

Inconscient, Martin fait un rêve dans lequel il voit ses agissements récents d’une perspective différente et réalise à quel point il a agi stupidement, jusqu’à ce qu’il se réveille ligoté à l’intérieur de Big Bentley avec McMissile et Shiftwell, quelques minutes avant d’être écrasé par ses engrenages. Les criminels utilisent l’arme sur McQueen pendant la course, mais rien ne se passe. Martin parvient à s’échapper pour avertir ses amis qu’une bombe est placée dans le stand de McQueen, mais McMissile et Shiftwell découvrent que la bombe avait été implantée dans le filtre à air de Martin. Ils avertissent Martin à propos de la bombe juste à temps, et Martin s’enfuit pour protéger ses amis. Cependant, il est poursuivi par McQueen désirant de se faire pardonner, ignorant le danger réel jusqu’à ce qu’ils soient hors de portée du détonateur de Zündapp. Il envoie ses sbires pour tuer McQueen et Martin, mais ils sont déroutés par les efforts combinés de Finn McMissile, Holley Shiftwell, et les habitants de Radiator Springs. Après sa capture, Zündapp révèle que seule la personne qui a installé la bombe peut la désactiver. Martin comprend alors que le cerveau du complot Allinol est Miles Axlerod, qui est forcé de désactiver la bombe dans une confrontation finale. Il découvre également qu’Axelrod n’a jamais été reconverti à l’électricité en voyant qu’il a gardé son moteur d’origine et qu’il est le mystérieux maître d’œuvre.

Après avoir arrêté Axlerod, Martin est fait chevalier par la reine d’Angleterre et retourne chez lui avec ses amis, où les voitures ayant participé au « World Grand Prix » prennent part à l’officieux Grand Prix de Radiator Springs, une course hors-caméra créée pour le plaisir. Fillmore révèle que, avant la dernière course, Sergent a remplacé l’Allinol de McQueen par du carburant bio de Fillmore, ce qui a empêché McQueen d’être touché par les rayons électro-magnétiques. Finn McMissile et Holley Shiftwell qui sont venus pour une visite invitent Martin à les rejoindre dans une autre mission d’espionnage, mais il refuse, affirmant qu’il est là où il appartient. Martin rejoint McQueen avec ses fusées. Les deux amis prennent la tête dans la course devant Francesco impressionné par Martin.


Cars 3 (2017):

Cars 3, ou Les Bagnoles 3 au Québec, est le 138e long métrage d’animation produit par les Studios Disney et réalisé par Brian Fee, sorti en 2017. Il fait suite à Cars (2006) et Cars 2 (2011).

Il s’agit de la première réalisation de Brian Fee, qui a déjà travaillé sur les story-boards des deux premiers opus. Le scénariste, Daniel Gerson, mort le 6 février 2016, signe ici son dernier scénario pour un film.

Accroche:

Le célèbre Flash McQueen doit malheureusement abandonner les circuits après un très grave accident et alors qu’une nouvelle génération de voitures high-tech, menée par l’arrogant rookie Jackson Storm, l’a mis sur la touche. Pour ne pas finir comme son mentor Doc Hudson, le numéro 95 entreprend donc de retrouver confiance en lui, aidé par une jeune entraîneuse enthousiaste et quelque peu maladroite, Cruz Ramirez, et le mentor de son défunt mentor, Smokey.

Histoire:

Flash McQueen est au sommet de sa gloire après avoir remporté de nombreuses Piston Cup ainsi que le World Grand Prix. Avec ses amis Bobby Swift et Cal Weathers, ils sont les rois des circuits de la Piston Cup. Lors d’une course et alors que le trio est en tête, le jeune et ambitieux Jackson Storm, véhicule ultra-technologique, remonte le peloton, dépasse les trois favoris et s’impose largement. Les journalistes présents (Parmi lesquels on retrouve Chick Hicks, l’ancien rival de Flash de le premier opus, accompagnée de sa statisticienne Nathalie Certain) exposent alors les raisons de cette victoire, notamment progrès aérodynamiques, moteur et poids apportés par Storm, et qualifient ce type de voiture comme étant la nouvelle génération.Peu à peu, les « vétérans » se voient dépassés par la nouvelle génération et Flash se trouve être l’un des derniers anciens à arpenter les circuits. Après avoir subi plusieurs défaites, McQueen, lors de la dernière course de la compétition, est tellement obnubilé par ce nouvel adversaire qu’il réalise un arrêt aux stands trop court. De retour sur la piste, il se fait dépasser par trois concurrents dont Storm. Pour les rattraper, Flash force tellement l’allure, qu’il perd le contrôle, s’écrase sur le muret, se fait éjecter et fait de nombreux tonneaux sur la piste avant de s’immobiliser inconscient…

Quatre mois après son terrible accident, il se retire donc à Radiator Springs, où il n’arbore plus sa couleur rouge ni le nom de son sponsor et passe son temps à se morfondre dans le garage de Doc Hudson, son mentor qui lui manque terriblement et repense sans cesse à l’accident qui a mis un terme à sa carrière. Notamment, lorsque Doc lui a expliqué (durant le premier film) qu’il avait arrêté la course à cause de son grave accident et que le temps de sa réparation tous ses fans ne s’intéressaient qu’aux nouvelles recrues. Finalement, Sally parvient à le convaincre de reprendre la course et celle-ci annonce à ses sponsors Dusty et Rusty qu’il est de retour dans la compétition.

Il se rend ainsi au tout nouveau centre d’entraînement de l’écurie Rust-eze, où ses propriétaires lui annoncent que pour financer cet équipement ultra-moderne, ils ont dû vendre leur marque à un jeune milliardaire, Sterling. Ce dernier veut remettre McQueen sur les circuits, mais lui impose d’être entraîné par Cruz Ramirez. Entraîneuse réputée pour ses qualités de préparatrice sportive, elle le traite comme une personne âgée, mais le n°95 veut retrouver la compétition au plus vite. Il s’engage de force sur le simulateur de course ultra-moderne mais se trouve incapable de maîtriser l’installation et l’endommage gravement. Flash a ensuite une altercation avec son nouveau patron. Ce dernier veut qu’il mette fin à sa carrière pour pouvoir vendre des produits dérivés à son effigie. Révolté, le coureur passe un accord avec Sterling : il s’entraîne à sa manière, loin du centre, mais prendra sa retraite s’il échoue lors de la première course de la saison, en Floride.

Flash, accompagné malgré lui de Cruz, reprend alors l’entraînement en milieu extérieur, aidé par Luigi et Guido. Il se rend d’abord sur la plage de Fireball, où il apprend à Ramirez quelques bases de la conduite sportive puisque celle-ci ne parvient pas à le suivre pour mesurer sa vitesse. Au bout d’un jour, il choisit de changer de terrain et tous deux partent vers le circuit de Thunder Hollow, où une compétition d’amateurs va avoir lieu. Couvert de boue grâce à Mack pour éviter d’être reconnu et inscrit sous le nom de « Chester Vilebrequin », Flash se rend compte trop tard qu’il est en réalité engagé dans un derby de démolition. C’est Cruz, embarquée contre son gré dans ce combat de voitures sous le pseudonyme de « Martine Laturbine », qui sort vainqueur après que Flash l’ait sauvée de Miss Fritter, un terrifiant bus scolaire. À la suite de cela, Flash est aspergé d’eau et son camouflage disparaît : il est alors photographié avec un panneau « Je me suis sali les pneus à Thunder Hollow », une image qui fait le tour des médias.

Sur la route du retour, McQueen, fâché, couvre de reproches son entraîneuse, estimant qu’elle lui fait perdre son temps. Triste et blessée, elle lui révèle qu’elle n’a jamais rêvé d’être entraîneuse, mais de devenir une voiture de course comme lui. Si elle n’a jamais pu réaliser son rêve, c’est qu’en participant au départ d’une course, elle a perdu toute confiance en elle juste avant le départ et a préféré déclarer forfait. Elle prend la décision de retourner au centre d’entraînement et part seule dans la direction opposée à celle de Mack, Flash, Luigi et Guido.

Doutant de lui-même après ses entraînements, Flash décide de prendre le chemin de la ville de Thomasville où il espère retrouver Smokey, l’ancien mentor et directeur technique de Doc. Il parvient d’abord à retrouver Cruz et à la convaincre de se joindre à lui, tout en avouant qu’il ne sait même pas si le mentor de son défunt mentor est encore de ce monde. Toujours en vie, Smokey révèle à McQueen qu’après son terrible accident qui l’a définitivement écarté de la course automobile, le « Vieux Hud » a voulu reprendre la compétition, mais la jeune génération, plus moderne et plus rapide, l’a contraint à renoncer à cette idée. Il s’est donc retiré à Radiator Springs sans plus donner de nouvelles à son mentor. Smokey ajoute qu’il a fini par recevoir des courriers de Doc au bout de 50 ans : tous parlaient de Flash, de ses exploits et de la fierté de l’ancien champion d’être son entraîneur.

Reprenant de l’assurance, Flash s’entraîne sur le vieux circuit de Thomasville où Smokey et ses acolytes River Scott, Junior Moon et Louise Nash (tous d’anciens coureurs) lui enseignent toutes leurs ruses pour gagner des places et de la vitesse, puisqu’il n’est plus la voiture la plus rapide. Après un dernier entraînement où il est battu par Ramirez, McQueen part pour la Floride et prend le départ de la course. Commençant celle-ci, Flash entend la voix de Smokey, qui a pris le rôle de directeur technique et lui prodigue ses bons conseils, avec l’aide de Cruz. McQueen remonte peu à peu, ayant dû partir dernier. Sterling le contacte par radio pour le soutenir, mais Flash sombre à nouveau dans ses doutes. Il entend alors son employeur congédier Cruz avec mépris, jugeant qu’elle n’est pas une voiture de compétition et lui intimant l’ordre de former une jeune voiture de la nouvelle génération pour la course suivante. McQueen profite d’un incident sur le circuit pour rentrer aux stands. Alors que Martin immobilise Sterling, Flash persuade Ramirez de prendre sa place sur le circuit, puisque selon le règlement de la Piston Cup, seul le numéro du coureur compte. Guido lui visse quatre pneus neufs, Ramon lui peint rapidement un numéro « 95 » et elle accepte de prendre part à la course.

Conseillée par radio par Flash, qui fait désormais office de directeur technique et lui rappelle tout ce qu’elle a appris à ses côtés, elle remonte jusqu’à la troisième place. Storm ralentit jusqu’à sa hauteur et tente de la déstabiliser, mais McQueen la rassure en lui expliquant que c’est Storm qui s’inquiète puisqu’il a volontairement reculé pour pouvoir lui parler. Cruz retrouve confiance en elle et remonte jusqu’à l’arrogant bolide bleu. Ce dernier la pousse contre le muret, mais elle opère un salto au-dessus de son adversaire, comme Doc Hudson en son temps. Elle remporte ainsi la course et la victoire est également attribuée à Flash puisque c’est lui qui avait pris le départ sous le n°95. Sterling, impressionné par la performance de son entraîneuse, tente de la conserver en l’amadouant, mais celle-ci lui remet sa démission et accepte immédiatement de courir pour Dinoco, l’écurie que McQueen voulait absolument séduire dans le premier opus.

Peu après, Cruz Ramirez, qui a repris le mythique n°51 du « Fabuleux Hudson Hornet », se rend sur le circuit en terre de Radiator Springs où toute la ville l’attend. Elle y retrouve Flash McQueen, qui a en a profité pour arborer la couleur bleue de Doc Hudson et fait floquer sa carrosserie du slogan mis à jour de son mentor : « Fabuleux McQueen ». À cette occasion, Tex Dinoco annonce qu’il a racheté Rust-eze à Sterling et laisse Flash arborer les couleurs de son écurie de toujours. Les deux amis s’élancent alors pour une course folle sur le circuit où Doc entraînait jadis le jeune rookie, sous les acclamations de la foule.

ATTENTION: Je ne fais et ne propose AUCUNE COPIE d’épisode ni de quoi que ce soit, merci de ne pas me contacter à ce sujet car je ne répondrai pas.

X-Men (1992) (saison 01): Résumé des épisodes 01 à 05 + Bonus

Comme annoncé hier dans cet article, voici la nouvelle série qui arrive sur le blog, c’est la série animée X-Men dont vous trouverez les cinq premiers résumés et aperçus d’épisodes.

X-Men (X-Men: The Animated Series) est une série télévisée d’animation américano-canadienne en 76 épisodes de 22 minutes, inspirée par les comics X-Men créés par Stan Lee et Jack Kirby en 1963. La série a été diffusée entre le 31 octobre 1992 et le 20 septembre 1997 dans le bloc de programmation Fox Kids.

Histoire:

Les mutants sont rejetés par la société et doivent ainsi vivre dans la clandestinité. Le professeur Charles Xavier, également mutant, décide alors de créer une école pour mutants, où ils pourront mener une « vie » normale tout en développant et maitrisant leurs pouvoirs. Charles Xavier se heurte cependant à la population et à des groupes extrémistes, mais également à d’autres mutants qui veulent combattre les humains.

Voici les génériques de début et de fin de la série.

X-Men (1992-1997): Générique de début.

X-Men (1992-1997): Générique de Fin (version 01).

X-Men (1992-1997): Générique de Fin (version 02).


Résumé de la saison 01: Le professeur Charles Xavier décide de créer une école pour mutants, mais se heurte cependant à la population et à des groupes extrémistes, mais également à d’autres mutants qui veulent combattre les humains.

X-Men (1992) (s01x01): La nuit des Sentinelles (partie 01).

Résumé: En pleine crise d’adolescence, Jubilée Lee peine à s’accepter alors qu’elle doit faire face en plus à sa mutation destructrice et sans contrôle. Elle se rend au centre commercial où elle passe son temps devant les arcades. Là bas, elle est attaquée par un robot gigantesque.


X-Men (1992) (s01x02): La nuit des Sentinelles (partie 02).

Résumé: Les X-Men se sont introduits dans un bâtiment fédéral afin de détruire les fichiers de fichage des mutants. Mais malgré leurs pouvoirs, ils sont tombés dans un piège. L’équipe de Cyclope est repoussée par les Sentinelles et ils ont laissé Morph et le Fauve pour mort.


X-Men (1992) (s01x03): Danger immédiat.

Résumé: Hawk MacCoy reçoit une visite inopinée dans sa prison, Magneto, un mutant puissant qui contrôle les énergies magnétiques. Il demande à MacCoy de le rejoindre dans son combat contre l’humanité. Fidèle aux idées de Charles Xavier, le Fauve refuse et préfère faire face à la justice.


X-Men (1992) (s01x04): Réunions mortelles.

Résumé: Le professeur Xavier tente tant bien que mal d’entrer dans l’esprit de Dent de Sabre et comprendre sa colère et sa fureur. Alors que son pire ennemi semble se réhabiliter, Serval cri haut et fort sa colère. Pendant ce temps, Magneto prépare une catastrophe afin de se confronter directement au professeur et à ses X-men.


X-Men (1992) (s01x05): Hauts les coeurs.

Résumé: Au cours d’un entrainement dans la salle des Dangers, Tornade est victime de sa claustrophobie et manque de provoquer un accident. Elle discute avec le professeur Xavier en essayant de le convaincre qu’elle n’est pas un bon leader, mais ce dernier n’est pas de cet avis.

Pour terminer, je vous met en bonus deux bandes annonces de la séries que j’avais enregistrée à l’époque sur Club RTL.

X-Men (1992-1997): Bande annonce Club RTL 01.

X-Men (1992-1997): Bande annonce Club RTL 02.

ATTENTION: Je ne fais et ne propose AUCUNE COPIE d’épisode ni de quoi que ce soit, merci de ne pas me contacter à ce sujet car je ne répondrai pas.

Inoubliable Ollie (2022) (saison 01): Résumé des épisodes 01 à 04

Une nouvelle série arrive (et se termine) aujourd’hui sur le blog, c’est la série animée Inoubliable Ollie, disponible depuis aujourd’hui sur Netflix.

Les enfants qui sommeillent en chacun de nous devraient se réveiller à la vue d’Inoubliable Ollie (Lost Ollie en anglais). Les quatre épisodes de cette mini-série sont disponibles sur Netflix depuis aujourd’hui. Inspiré du roman Ollie’s odyssey écrit en 2016 par l’auteur et illustrateur William Joyce, ce projet a mis quatre années avant de voir le jour. Réalisé en prise de vues réelles par Peter Ramsey, Inoubliable Ollie signe les retour du cinéaste des Cinq Légendes ou de l’excellent Spider-Man: New Generation, récompensé par l’Oscar du meilleur film d’animation en 2019. « Cette série s’appuie sur les émotions que nous ressentons lorsque nous perdons quelque chose ou quelqu’un de cher, et au courage qu’il faut trouver en nous-même pour le retrouver, ou continuer à avancer ». Voici tout ce qu’il faut savoir au sujet de l’adorable série Inoubliable Ollie.

Histoire:

Alerte mignonnerie ! Inoubliable Ollie raconte l’histoire d’un jouet perdu, un lapin cousu et recousu aux oreilles tombantes, qui se lance dans une quête épique pour retrouver son ami, un gamin qu’il aime de tout son petit coeur. Au cours de cette merveilleuse aventure, Ollie croisera la route d’autres jouets et humains, qui lui délivreront de beaux messages sur la vie. De son côté, Billy n’arrêtera jamais de chercher son meilleur ami, qu’il est certain de revoir un jour.

Voici deux bandes annonces pour vous faire un idée de la série.

Inoubliable Ollie (2022): Bande annonce 01.

Inoubliable Ollie (2022): Bande annonce 02.


Inoubliable Ollie (2022) (s01x01): Ollie s’est perdu.

Résumé: Après s’être réveillé dans une friperie, enfoui au milieu de vieilleries, le lapin en peluche Ollie organise son évasion pour retrouver Billy, le garçon qui l’a perdu.


Inoubliable Ollie (2022) (s01x02): La quête.

Résumé: En descendant la rivière sombre, Ollie, Zozo et Rosy cherchent le prochain repère sur la carte d’Ollie. Ollie se remémore un souvenir important à propos de Maman.

Inoubliable Ollie (2022) (s01x02): Générique de début.

Aperçu:


Inoubliable Ollie (2022) (s01x03): Bali Hai.

Résumé: La mission des amis dérape lorsqu’un flashback déchirant révèle comment Zozo a rencontré Nina, puis l’a perdue. Mais un souvenir lumineux suscite un regain d’espoir.


Inoubliable Ollie (2022) (s01x04): Le retour.

Résumé: Ollie se souvient de ce qui est arrivé le dernier jour où il a vu son meilleur ami. Parviendra-t-il à retrouver le chemin de la maison et de Billy, ou est-ce trop tard ?

ATTENTION: Je ne fais et ne propose AUCUNE COPIE d’épisode ni de quoi que ce soit, merci de ne pas me contacter à ce sujet car je ne répondrai pas.

Albator 84: Les films

La série animée Albator 84 c’est terminée hier sur le blog, mais pas tout à fait, en effet il y a deux films qui font suite à la série et que je vais vous présenter ici.

Albator 84, le film: L’Atlantis de ma jeunesse (1982).

Albator 84: L’Atlantis de ma jeunesse (Waga seishun no Arcadia) est un film d’animation japonais réalisé par Tomoharu Katsumata, sorti en 1982.

Un pilote, Albator, et un ingénieur, Alfred, se rencontrent à une époque où la Terre est occupée par des humanoïdes. Ensemble, à bord de l’Atlantis, ils partent pour sauver Tokarga qui est sur le point d’être détruite.

Résumé: Début du XXème siècle, un homme survole la Nouvelle-Guinée vers Rabbaï à bord de son avion, l’Arcadia. Il tente de passer la montagne Stanley, mais les turbulences sont trop fortes et il s’écrase.

Fin du XXXème siècle, la Terre est asservie par les humanoïdes. La misère règne et les Terriens n’ont ni la volonté ni les moyens de se révolter. Seule une radio clandestine, La Voix de la Liberté, entretient un mince espoir. Un jeune capitaine, Albator, revient de mission et pose de manière catastrophique son appareil, L’Ombre de la Mort, pour le rendre inutilisable. E son débarquement, il est accueilli par Zoll, un tocargien, qui lui demande d’aller faire son rapport deux heures plus tard. Avant d’y aller, il part dans les bas-fonds de la cité pour aller retrouver sa compagne, Maya, aussi appelée « La Rose » et voix de la radio clandestine. Ensuite il se rend au commandement suprême des humanoïdes sur la Terre, où il est réprimandé et mis à pied. Il reçoit ses tickets de rationnement des mains de Mima puis se rend dans un tripot où il rencontre Alfred, un ingénieur appartenant aussi aux forces terriennes, qui rêve de se révolter, et Emeraldia qui commande le Queen Emeraldas. C’est le début d’une amitié éternelle entre les deux hommes et d’une grande histoire d’amour entre Alfred et Emeraldia. À la suite d’une bagarre, les deux hommes sont arrêtés par Zoll, qui les soumet à un appareil qui révèle le lien qui les unit. Environ 1000 ans plus tôt, leurs aïeuls se sont rencontrés lors de la Seconde Guerre mondiale et se sont entraidés. L’Albator de cette époque donne à Alfred l’appareil de visée reçu de son père qui s’est écrasé en Nouvelle-Guinée quelques années plus tôt.

Albator laisse Alfred pour aller retrouver Maya, qui a été découverte par les humanoïdes. En la sauvant, il perd un œil et est de nouveau séparé de son aimée. Il rejoint ensuite Alfred et Emeraldia. Ils sont rejoints par Mima, Zoll, Murigson et les tokarguiens qui veulent prendre le Queen Emeralda pour aller sauver Tokarga, qui est sur le point d’être détruit par les humanoïdes. Alfred leur propose un autre vaisseau, l’Atlantis, qu’il a construit de ses mains. Il propose du même coup à Albator d’en être le capitaine. Murigson, l’aîné des tokarguiens, monte à bord de l’Atlantis avec Albator, Mima et Alfred et fait un décollage spectaculaire et part pour défendre Tokarga. Alors qu’ils sont toujours en orbite, le gouvernement d’occupation leur envoie un message, ils ont capturé Maya et Emeraldia et menacent de les exécuter. Albator ne bronche pas. L’heure de l’exécution arrive mais elle est empêchée par Zoll et les tokarguiens restés sur place, qui chargent les humanoïdes. Les humains se joignent à ce soulèvement. Dans la bataille Zoll est tué, Maya est blessée et Emeraldia hérite d’une cicatrice. Les deux femmes sont néanmoins sauvées par les rebelles.

Arrivés sur Tokarga, tout n’est que ruines. Les humanoïdes sont sur le point d’achever leur misérable travail, en faisant exploser Tokarga. Albator ne sauvera qu’un oiseau et une jeune fille, Mira, la sœur de Zoll, et l’aîné des tokarguiens retrouvera quelques soldats qu’il emmènera sur l’Atlantis. Tokarga explose. En retournant sur Terre, l’Atlantis doit faire face à une perturbation spatiale et éviter l’attraction d’une planète de flammes. Mira, la dernière femme tokarguienne, meurt. Les tokarguiens n’ont plus d’espoir de descendance et pour alléger le poids de l’appareil, décident de se sacrifier en se jetant hors du vaisseau. L’Atlantis se pose sur Terre où il est accueilli par les troupes humanoïdes. Albator récupère le corps de Zoll et est rejoint par Maya et Emeraldia. Maya meurt dans ses bras. Le premier ministre bannit Albator, qui propose aux hommes libres de le rejoindre à bord de son vaisseau pirate. Plusieurs hommes le rejoignent. Zeda, le commandant suprême des forces humanoïdes sur Terre, ne doit pas laisser partir Albator. Il lui propose alors un duel. L’Atlantis et le vaisseau de Zeda se retrouvent dans l’espace. Zeda se bat comme un brave mais est battu. L’explosion de son vaisseau crée une perturbation magnétique autour de l’Atlantis, ce qui lui permet de détruire une partie de la flotte humanoïde sans être touché et de s’en aller victorieux. Les corps de Mira, Zoll et Maya sont envoyés dans l’espace à l’issue d’une cérémonie funèbre. L’Atlantis poursuit sa route, croisant le Queen Emeraldas, vaisseau pirate ami et allié.


Plus récent le film Albator, Corsaire de l’Espace (Uchū Kaizoku Kyaputen Hārokku) est un film d’animation japonais de Shinji Aramaki sorti en 2013.

Résumé: Dans un futur lointain, la Terre est devenue une « planète interdite  » pour les humains éparpillés dans l’Espace, la planète ne dispose pas d’assez de ressources pour héberger toute l’Humanité. Le commandant du vaisseau spatial Arcadia, le capitaine Albator, est un pirate de l’espace épris de liberté. Condamné à mort, il demeure insaisissable. Albator a choisi d’affronter la Coalition GAIA.

Le jeune Yama, fragile, dont le frère ainé, Esra (Esora en VO), handicapé, à cause de ce jeune frère, selon lui et qu’il culpabilise pour mieux le manipuler, amiral en chef, de surcroît, des forces spatiales terriennes, est envoyé par GAIA pour infiltrer l’équipage par ce dernier, détruire le vaisseau et tuer Albator.

Yama va donc espionner Albator, pour son frère Esra et ne tarde pas à apprendre quel est le but d’Albator, implanter la 100ème et dernière bombe spatio-temporelle permettant de couper les liens temporels de l’univers. Alors que l’Arcadia se dirige vers la Terre, les Terriens installent des forces spatiales importantes pour détruire l’Arcadia. C’est alors que Yama contacte son frère pour lui expliquer qu’il est convaincu qu’Albator veut le bien de l’humanité et qu’il renonce à le tuer. L’amiral révèle à son frère qu’un siècle auparavant, Albator avait détruit la Terre en la parsemant de « matière noire » (fournie par la mystérieuse Miimé), la faisant devenir une planète morte et stérile, aujourd’hui Albator cherche à réparer son erreur en déliant les noeuds du temps.

Voici la bande annonce française.

Albator, Corsaire de l’Espace (2013): Bande annonce.

ATTENTION: Je ne fais et ne propose AUCUNE COPIE d’épisode ni de quoi que ce soit, merci de ne pas me contacter à ce sujet car je ne répondrai pas.

MultiVersus: Ca smash pour toi

En allant sur le Playstation Store, j’ai constaté que la bêta ouverte du jeu free-to-play MultiVersus venais de sortir, je l’ai donc téléchargé afin de voir ce qu’il donne.

MultiVersus est un jeu de combat multijoueur fortement inspiré du maître. Super Smash Bros. Le concept est aussi simple qu’efficace. Plusieurs joueurs s‘affrontent au sein d’une arène 2D et cherchent à s’éjecter de celle-ci en augmentant la jauge de dégâts ce qui facilite l’éjection. Le jeu de Warner Bros. essaye toutefois de se démarquer de la concurrence en apportant quelques ajustements et nouveautés sans jamais toucher aux grands principes inhérents à ce sous-genre dont voici la bande annonce.

MultiVersus: Bande annonce cinématique.

Les habitués ne seront que peu dépaysés par les mécaniques de jeu qui s’assimilent très rapidement afin de rendre le gameplay accessible au plus grand nombre. Il se dégage des combats un fun immédiat fait d’attaques enchaînées, d’esquives et de prises de risques calculées. MultiVersus mise principalement sur des joutes nerveuses, parfois chaotiques, et une dimension coopérative pour séduire les joueurs. La coopération s’avère ici centrale, et peut faire la différence entre victoire et défaite à haut niveau. Tous les personnages, au nombre de coups assez réduit, sont ainsi pensés pour créer des synergies avec les autres ce qui change l’approche des combats en incitant les joueurs à faire preuve de stratégie.

Bien que privé d’une campagne scénarisée, MultiVersus offre plusieurs modes de jeu, tous online, afin de contenter les amateurs de baston. La coopération est sans surprise mise en avant avec le 2v2 et la Coop vs IA auxquels se greffent l’indémodable 1v1 et le Chacun pour Soi destinés aux puristes ainsi que le Labo qui fait office de zone d’entraînement. La seule option Solo se résume à affronter des bots dans les modes cités précédemment. La dernière production Warner Bros. se dote aussi des mêmes modes multijoueur en local de 2 à 4 joueurs, exception faite du Coop vs IA, ce qui parlera aux amateurs de versus entre amis.

Pour une raison mystérieuse et qui le restera, plusieurs figures iconiques tirées des principales licences de Warner Bros. sont invitées à s’affronter après avoir été transportées dans des arènes communes. Rien de plus ne vient enrichir un multivers servant surtout de justification à des combats acharnés. MultiVersus s’offre littéralement un casting intergénérationnel pour son lancement avec pas moins de 17 combattants parmi lesquels Batman, Superman, Wonder Woman et Harley Quinn (DC Comics), Bugs Bunny, Tom & Jerry, et Taz (Looney Tunes), Arya Stark (Game of Thrones), Sammy et Véra (Scooby-Doo), Garnet et Steven (Steven Universe), Finn the Human et Jake the Dog (Adventure Time), Le Géant de Fer et pour finir Lebron James version Space Jam. Player Fist Games a même imaginé un personnage original nommé Chien-Renne. A noter que deux autres combattants arriveront au cours du mois d’août… Rick et Morty de la série éponyme.

Les affrontements prennent forcément place dans les lieux iconiques des différentes sagas mentionnées ci-dessus. Lors de la Bêta ouverte, 7 arènes sont disponibles, à commencer par la Batcave, le Manoir Hanté Scooby, la S.A.L.L.E des trophées, le Labo, l’Arbre Maison, etc. Warner Bros. ne fait pas les choses à moitié et mise avant tout sur le fan service pour plaire aux différentes communautés. L’actrice Maisie Williams prête ainsi sa voix au personnage d’Arya Stark (Game of Thrones), et il en va de même pour Kevin Conroy, interprète du Chevalier Noir dans la mythique série animée Batman: The Animated Series de 1992.

MultiVersus est un Free to Play, comprendre ici que le jeu édité par Warner Bros. est disponible gratuitement. Toutefois, ce modèle économique implique des achats intégrés et tout un environnement incitant à dépenser. Deux monnaies virtuelles (l’Or et le Gleamium) permettent d’obtenir aux choix des personnages, des Atouts ou encore des boosts d’XP afin de débloquer plus rapidement des personnages et même d’acheter le Battle Pass pour la période en cours.

A noter que les combattants mis à disposition gratuitement subissent une rotation hebdomadaire chaque mardi. Un personnage disponible peut dès lors se retrouver inaccessible par la suite, sauf si vous l’avez déjà « acheté ».

Grand classique des Free to Play modernes, le Battle Pass invite les joueurs à remplir une longue série de défis”échelons” afin de franchir un à un les différents paliers (au nombre de 50). Le but final se résume à gagner des récompenses, souvent cosmétiques, le Saint Graal étant de nouvelles variantes pour les combattants.

Il existe en réalité deux Battle Pass avec leurs propres rewards… un gratuit et un autre Premium et donc payant qui offre des items bien plus intéressants et surtout des skins inédits.

Toutes ces fonctionnalités parleront avant tout aux joueurs désireux de tout débloquer afin de profiter à 100% de MultiVersus. Cependant, l’expérience concoctée par Player First Games s’avère plaisante sans même débourser le moindre centime. L’approche Free to Play permet à quiconque de s’essayer aux jeux de combat… une philosophie qu’il convient de saluer.

Pour l’instant j’ai juste fait le tutoriel donc vous trouverez la vidéos juste après, il permettait de débloquer le personnage de Wonder Woman.

Voici la vidéo du tutoriel que je vous ai enregistré

MultiVersus #01: Premier tutoriel.

Mission accomplie, Wonder Woman est débloquée 🙂

L’écran de lancement de partie à aussi changé.

Juste pour le fin je vous met la photo de Véra qui conduit sur le patch note.

L’écran chargement de partie.

Et pour terminer, l’écran de lancement du jeu.