« Monsieur Patate », jouet culte de notre enfance, laisse place à une famille non-genrée

Finie la marque “Monsieur Patate”, jouet culte du groupe Hasbro: le fabricant a annoncé jeudi qu’il allait commercialiser une famille patate non-genrée, même s’il a ensuite tenu à assurer que les jouets genrés eux-mêmes resteraient, seuls la marque et le logo perdant l’attribut “Monsieur”.

Ces jouets, introduits en 1952, et mis en scène dans la série de films “Toy Story”, font partie des incontournables des familles américaines.

A partir d’une forme de patate en plastique, les enfants sont appelés à créer des personnages en leur ajoutant des attributs comme des yeux, avec sourcils maquillés pour Madame Patate, par exemple, une bouche, avec rouge à lèvres pour Madame, une moustache pour Monsieur, chaussures à talons ou pas, etc…

Dans un premier communiqué publié sur son site internet jeudi, Hasbro indiquait vouloir désormais “s’assurer que tout le monde se sente le bienvenu dans le monde des têtes de patates en abandonnant officiellement la marque et le logo de Monsieur Tête de Patate”. Avec l’intention de “promouvoir égalité des genres et inclusion”.

Mais un autre communiqué, plus bref, l’a ensuite remplacé, indiquant que “les personnages emblématiques de Mr. et Mme Patate ne disparaîtraient pas”, sans préciser pour autant sous quelle forme ils seraient maintenus.

“Les différents visages des familles”.

Le nouveau texte retirait aussi toute mention d’inclusion ou d’égalité des genres, indiquant simplement qu’il s’agissait de “célébrer les différents visages des familles”.

Ces dernières années, les fabricants de jouets ont plusieurs fois fait évoluer des jouets traditionnels à commencer par les poupées en réponse aux dénonciations de stéréotypes sexistes, racistes, ou encourageant des canons de “beauté” traditionnels.

Les jouets “mixtes”, destinés à éviter les stéréotypes de rôle masculin ou féminin, notamment, se sont multipliés.

Mattel, créateur des poupées Barbie, a été à la pointe, avec notamment sa gamme “creatable world”, des poupées au corps d’un enfant de 8-10 ans et aux cheveux courts.

Journal RTBF: Sujet: Jeux vidéos / Vecteur de lien social

Je viens de regarder le journal télévisé de la RTBF (La Une) et je vous ai enregistré le sujet sur les jeux vidéos et plus précisément sur les liens sociaux qu’ils permettent de créé.

PS: Je pense qu’il serai bon que le mari de ma soeur voie le sujet, lui qui refuse que mes neveux jouent à Pokémon.

Même masqué, on t’as reconnu ^^

Alors que j’allais regarder le journal sur la RTBF, Leedee me demande de lui dire si rien ne m’a frappé pendant la diffusion du sujet sur les coiffeurs.

Une fois le sujet visionné, je remarque les figurines qui sont sur l’étagère, l’écran de la télé qui diffuse un aquarium, un caméraman qu’on voie qui passe devant un miroir et en fait c’était pas du tout ça qu’il fallait voir.

En fait ce qui aurai du me frapper (maintenant que je le sais je me demande comment je l’ai pas remarqué direct), c’est l’un des clients qui est interviewé qui aurai du attirer mon attention, pourquoi me direz vous ? et bien en fait le mec qu’on voie en train de se faire couper les cheveux n’est autre que l’ex-mari d’une de mes ex.

Il ne s’agit pas « juste » d’une météorite

Il y à quelque jours je vous parlais dans cet article d’une habitante d’Hornu à qui il arrivait une histoire qui m’a quelque peu interpelé, j’ai donc fait quelque recherche sur cette dame afin de savoir ou en était cette histoire, ce qui m’a permis de mettre la main sur deux autres reportages.

Le premier à était diffusé le 11 octobre 2012 dans le journal de 13h de La deux, cad une quinzaine de jours avant celui que je vous avez mis, et ça va bien plus loin qu’un simple trou dans un jardin, déjà à ce moment la il y avait d’autre soucis comme sa maison qui est en train de se fissurer.

 

Le reportage suivant est déjà plus ressent vu qu’il à était diffusé le 21 octobre 2012 au journal de RTL-TVI, et la encore l’inquiétude gagne pour cette famille, qui se demande cette fois si même après « réparation », cela ne va pas recommencer (chose qui ne devrai pas leur poser problème si on tien compte di fait que dans le reportage que je vous avais mis dans cet article, il semblerai qu’elle et sa voisine seront relogée).

Par contre voici un détail assez « amusant » même dans une situation pareil, nos amis de RTL qui on l’art de la mise en scène n’ont pas oublié qu’au moment de la diffusion du reportage, ça serai bientôt la Toussaint. ^^

A ça on peut aussi ajouter le détail assez cocasse qui est que cette dame à comme nom de famille « Juste » et que le journaliste envoyé s’appelle « Patrick Lejuste ».

Bon enfin j’espère quand même que les choses s’arrangeront pour cette famille (du moins avant que leur maison ne s’effondre).