Les mémoires d’un pirate (041)

Chapitre 6: Le repos du (futur) pirate.

Enfin, j’y étais… La dernière épreuve de mon apprentissage. Et probablement la plus simple de toutes. Cela m’attristait tout de même un peu de devoir voler le gouverneur mais, si j’étais suffisamment rapide et discret, je pourrais la montrer au conseil des pirates pour qu’il me valide l’épreuve, puis la rapporter aussi sec. Ni vu, ni connu j’embrouille. Personne ne s’en apercevrait et tout le monde serait content (26). Avec ma discrétion légendaire, je n’aurais aucun mal à y parvenir et à les berner tous, ces andouilles. Le seul ennui en fait, ce serait ces diables de démons de chiens de garde ! Des maudits caniches-piranhas ! Mais enfin, aujourd’hui, j’avais décidé de me reposer un peu afin de visiter l’île de Mêlée qui regorgeait d’endroits magnifiques tels que sa décharge ou sa prison. Sans compter le panneau que j’avais aperçu en ville et qui indiquait la direction d’une espèce de fête foraine. Super chouette ! J’adorais ça ! Les cabots pouvaient attendre au moins jusqu’à demain. Je risquerai ma peau avec eux, autant en profiter pendant qu’on est encore en vie. Tout joyeux, je partis vers la fête foraine. J’espérais qu’il y aurait de la bonne barbe à papa. J’aime ça, la barbe à papa !

Le shérif Shinetop tapait du pied à un rythme effréné. Il ne pouvait s’empêcher de penser à lui, Guybrush Stinkfood (27). Sur cette île, c’était lui qui faisait respecter la loi, car même dans une telle fourmilière à pirates, il fallait quelqu’un pour maintenir un certain… désordre. Voilà. Un désordre en ordre, c’est ce que Shinetop était chargé d’obtenir. Car il était la loi dans ce patelin, la loi ! Et nul n’était au-dessus des lois à l’exception de ceux qui distribuent des pots de vin. C’est le gouverneur elle-même qui l’avait désigné à ce poste ingrat mais nécessaire. Pourquoi lui ? Il y avait bien eu d’autres candidats mais il s’était arrangé pour les faire taire à jamais… Ainsi, comme le disait si bien le slogan du gouverneur Marley : « Quand il n’y a qu’un seul candidat, il n’y a qu’un seul choix » !

Un sale amateur…

Ca devenait une obsession, Shinetop ne pouvait s’empêcher de penser à ce jeune freluquet de Guybrush, ce sale gosse qu’il haïssait si profondément sans pour autant pouvoir en expliquer la raison. Il semblait si inoffensif et pourtant…

– … Il est dangereux, fit Shinetop.
– Vraiment ? répondit une voix féminine provenant de derrière un paravent. De quoi a-til l’air ?
– Hé bien en fait… Vous avez déjà eu un ours en peluche dans votre tendre et pas si lointaine enfance ?
– Bien sûr, comme tout le monde.
– Ce Guybrush semble aussi féroce que ça en fait…

————————-

26. Si l’on excepte les milliers de gens qui meurent chaque jour et 99,99% de la population mondiale à qui ça ne fait ni chaud ni froid et qui se moque éperdument de mes problèmes. Je tiens à dire que ce n’est pas sympa, je dirais même plus que c’est minable.

27. En fait c’est Threepwood. Guybrush Threepwood. Et vous remarquerez que je parle de moi à la troisième personne du singulier. Je vous rassure, ici c’est pour donner l’allure d’un roman et non par snobisme comme certains le font. N’insistez pas, je ne donnerai pas de nom.

Laisser un commentaire