Everybody needs somebody to love

Dans le même genre d’idée que le clip de l’article précédent et une fois encore provenant de la page Facebook de Leedee, voici le clip Everybody needs somebody to love réalisé pour l’association Cap48, c’est comme le précédent à part que cette fois « c’est belge » et c’est tous de suite beaucoup plus drôle  (mention spéciale à Annie Cordy ^^).

The voice of childen

Voici le clip Je reprend ma route du collectif Les voix de l’enfant que je viens de découvrir sur la page Facebook de Leedee et qui est un clip comme je les aimes, avec plein de chanteur comme ce fut le cas pour celui de la chanson Des ricochets, de plus le clip est vraiment sympa et je ne peu que vous conseiller de le regarder au moins une fois.

Pour ceux qui voudrai en apprendre plus sur cette association, je vous ai cherche quelques liens utiles comme le site officiel, vous pouvez aussi aller sur leur page Facebook, les suivre sur Myspace, ou encore les soutenir financièrement sur Mymajorcompany.

Le clip de campagne aberrant d’une liste de Péruwelz

Personnellement j’en ai un peu rien à secouer de la politique ou encore des élections, mais la je ne pouvais pas vous faire passer à coté de cette vidéo sur la quelle je viens de tomber. ^^

On pensait le lip dub définitivement rangé au placard. On s’est réjoui trop vite, la liste Action Citoyenne de Péruwelz l’a remis au goût (?) du jour.

On croyait avoir tout vu dans cette campagne électorale des communales 2012 qui a déjà accouché de quelques pépites. Entre la douteuse affiche de campagne d’un candidat CDH qui réclame au sens propre et figuré le soutien des citoyens de son entité ou encore la photo de groupe complètement ratée d’une liste de Marchin, désormais, c’est un lip dup qui a fait son apparition sur la toile.

Les auteurs (ou les coupables) sont les candidats de la liste Action Citoyenne de Péruwelz qui en chanson et sur une timide chorégraphie déclament leur « autre politique » sur l’air de « Kiss Me Forever » de Julien Doré. Et pour « booster Péruwelz », l’équipe est prête à tout, notamment à reproduire le pas de danse caractéritisque du clip qui a d’ailleurs été tourné dans un quartier résidentiel de cette petite ville du Tournaisis. Même le bichon, mascotte du clip et surtout de l’album éponyme, n’a pas été oublié. Reste à voir si le citoyen va se laisser séduire par cette démarche sans cadence.

I often wonder what you do, where you are, who you loves…

Des fois il y à des chansons qu’on vis autrement, surtout quand certaine paroles sont du vécu, au point de parfois se demander si la réalité ne dépasse pas la fiction et si certaine chansons n’ont pas été écrite pour nous, et qui sais peut-être est-ce votre cas ?