Ma journée du 29 septembre 2012

Début – 04h 12min:

Bonsoir tous le monde, comme chaque soir avant d’aller faire dodo, je viens vous faire le résumé de ma journée,… Voire au-delà.

Pour ma journée d’aujourd’hui j’ai passé la plus grand partie à discuter dans la messagerie Facebook avec la personne qui m’avais demandé hier ce que voulais dire « transgenre », par contre ça fait des mois que je l’ai dans mes « amis », elle n’est jamais venue me causer et comme par hasard maintenant elle m’a causé tous l’après midi alors qu’elle aurai très bien pus le faire avant.

En fait on à discuté d’un peu tous, jusqu’à un moment après environ 03h de discutions, elle me demande si je fait l’amour comme les autres (enfin si ma libido est pareil), la je lui explique que je ne suis pas une bête rare, et que je suis comme tous le monde et je lui dit en même temps que pour moi c’est pas juste l’acte en lui même et que je sais faire la différence entre « baiser » et « faire l’amour » (pas comme une de mes ex qui m’a dit un jour que pour elle c’était la même chose juste parce que l’acte était le même) celle la même pour qui j’aurai arrêté ma transformation (non pour une fois c’est pas celle à qui vous pensez surement tous) et qui m’a regardé bêtement partir, et m’as à un moment fait tellement souffrir avec ce qui c’est passé par après (la façon dont tous c’est terminé, l’autre terreur qu’elle à envoyé ici me découper en rondelle, le fait qu’elle à pas bougé le petit doigt pour l’empêcher de me faire du mal,…) qu’au lieu de me donner envie d’arrêter tous, elle n’a fait que me confirmer que j’avais raison de faire cela, et m’a booster encore pour dans cette destruction de moi même.

Et bien que depuis j’ai mis de l’eau dans mon vin avec cette histoire et que j’ai essayé de comprendre certaines choses, en ce qui me concerne les dés sont jeté pour moi et j’ai plus aucun moyen de revenir en arrière alors que j’aurai tous arrêté quand il en était encore temps, mais bon tous cela n’est plus important ce qui est fait est fait, et si on se revoie un jour elle et moi, je suis même pas sur qu’elle sera capable de me reconnaitre même si j’étais en face d’elle (je parle pas de maintenant mais de plus tard, d’ici quelque année quand ma transformation sera déjà un peu plus avancée que maintenant et si je suis encore la pour en parler bien sur), mais bon le plus « ironique » dans tous ça est qu’elle n’auras jamais su, vu ou compris que je l’aimais VRAIMENT pour elle même et que je ne me serai jamais servi d’elle, ni même essayé de la manipuler pour en obtenir des faveurs ou autres comme certain l’on fait et le font surement encore maintenant (ben oui les gens ne change pas), que je lui aurai jamais fait de mal, que j’aurai tous quitté pour elle et qu’elle m’aurai eu que pour elle seule, mais bon je devais pas être assez intéressant à mon avis, ou ses quelque 11 ans de prétendu malheurs avec sa petite terreur lui plaisait plus que moi qui soit disant était la meilleurs chose qui lui soit arrivée, le mec de sa vie, celui qui lui fallait, et j’en passe.

Quand on continue à faire ce qu’on à toujours fait, on reste ce qu’on à toujours été et on obtient ce qu’on à toujours obtenu, rien ne change tant qu’on y change rien.

Bon enfin revenons à nos moutons, j’explique donc à notre « amie » du moment, que dans l’intimité mis à part quelques « détails » je suis comme tous le monde, mais que j’ai toujours préféré les câlins et la tendresse plutôt que l’acte en lui même qui est en fait qu’une infime partie de l’amour, que ça se limite pas qu’à ça et qu’il y a un avant et un après, que la tendresse peut prendre plusieurs forme comme par exemple des mots, des caresses, des émotions, un regard ou même juste le touché, que c’est un tout et que ça se limite pas juste à l’acte en lui même, que la tendresse ça se trouve en chacun de nous et qu’il suffit juste de vouloir la voir, de pas se limiter à voir avec ses yeux mais aussi avec son coeur, que moi j’aime donner du plaisir et que pour moi le principale c’est surtout l’avant et l’après, et pas rien que pendant.

Elle m’a aussi demandé si « les personnes comme moi » (c’est ces propre mot) savait faire l’amour sans amour, je lui ai alors expliqué que je suis pas comme ça, que je ne sais pas faire ça n’importe quand, n’importe ou, avec n’importe qui n’importe comment, que je ne suis pas du genre à inventer que j’ai rien fait pendant des mois ou des années, que ça ne vas pas dans mon couple ou je ne sais qu’elle bobards pour apitoyer quelqu’un ou lui faire croire un truc aussi incohérent qu’on est resté des mois ou des années sans rien faire et qu’il s’offre en cadeau pensant faire un bonne action, me faire plaisir, ou quoi alors qu’en fait le gars en à un peu rien à foutre et il avais tellement resté longtemps sans se « vider » les couilles qu’il était près à tous pour « tirer un coup » même si pour ça fallait manipuler l’autre en lui raconter des trucs pareils, et puis trouver des excuses ou ressortir d’un chapeau comme un magicien sort un lapin, une copine, pseudo amie ou je ne sais quoi dont on ignoré (ou qu’on ne voulais pas croire) l’existence, bon enfin vous voyez le topo si on peu dire.

Et bon même si je ne suis plus tous à fait un mec si on peu dire, cela ne m’empêche pas de savoir comment ça fonctionne, et mis a part avec les médocs que j’ai je ne crois pas qu’un mec puisse rester aussi longtemps sans rien faire, et bien stupide serai la nana qui pourrai croire un truc pareil, mais bon en ce qui me concerne j’ai des médocs qui diminue la testostérone ce qui fait que si on me stimule pas, je peut rester comme ça sans rien faire, sans avoir envie et sans même que çà me manque, mais bon si on me stimule, ça fonctionne tous à fait normalement comme pour n’importe qui d’autre et je peut tous à fait recevoir ou donner du plaisir sans aucun problème, mais bon je m’égare encore. ^^

Donc pour en revenir à la question en question. ^^ Non je ne sais pas faire ça sans amour, comme j’ai du le dire en répondant au questionnaire que j’ai publié dans cet article je crois, je l’ai fait une fois et je l’ai regretté car ça ne m’a rien apporté du tout, et je me sentait plus coupable qu’autre chose après et ça m’a coupé l’envie de recommencer, c’est d’ailleurs pour cela que j’ai jamais couché avec personne direct, et que j’apprends à connaitre les gens avant, je suis pas du genre à parler cul après deux ou trois discutions, ni de fantasmes ou quoi comme pas mal de mec (ou aussi de fille font), ça c’est le genre de chose qu’on peu très bien apprendre à connaitre par la suite, et bon moi c’est plus la personne en elle même qui m’intéresse, plus que ses « exploits » au lit, et comme je l’ai déjà dit aussi mis à part une fois, chaque fois que j’ai fait ça avec quelqu’un c’est parce que j’avais (ou qu’on avait) vraiment l’intention de construire quelque chose ensemble, et j’aurai pas fait ça avec quelqu’un à qui j’aurai pus proposer aucun avenir, en gros j’ai fait ça (mis à part la fois en question) qu’avec des filles que j’ai VRAIMENT aimé, et même si il m’est déjà arrive de faire du mal à certaine personne qui l’avais bien méritée, je n’ai jamais joué avec les sentiments ni même attaqué cette partie des personnes en questions, et j’ai jamais couché avec quelqu’un pour la faire « espérer » si on peu dire et puis m’arranger pour qu’elle comprenne qu’en fait tous n’était pas aussi vrai qu’elle le pensait, que certaine chose (la réalité ou autre) avait était cachée ou travestie, et c’est pas mon genre de faire ça, si je voudrai du sexe je pourrai en avoir sans problème et sans devoir me servir de personne qui on ou on eu un jour des sentiments pour moi, et sans faire intervenir des personnes qui pourrai en souffrir, ou que cela pourrai décevoir ou blesser alors qu’elle ne demandais pas cela, excusez si je m’égare encore une fois mais bon une fois que je commence à écrire et raconter un truc, j’ai des fois du mal à m’arrêter et pas m’égarer dans ce que je dit ou faire du « hors sujet ».

Pour ce qui est du reste j’ai aussi regardé la télé, avec pour commencer après midi Tous ensemble, et ensuite 50min inside que Leedee m’a d’ailleurs sonné pour me dire de pas la louper parce qu’il y avait nos deux chouchous dedans. 🙂

Et pour la soirée, j’ai regardé Rendez-vous en terre inconnue, l’émission était comme toujours vraiment bien avec des paysages magnifique, et un aventure humaine toujours au rendez-vous, et une fois ça terminé j’ai zappé sur TF1 pour regarder Les experts, et la encore j’avais vu aucun des trois épisodes.

Bon enfin la je vais quand même vous laisser et aller faire dodo alors je vous dit bonne nuit.

Fin – 04h 55min:

6 réflexions au sujet de « Ma journée du 29 septembre 2012 »

    • C’est vrai que pour certain sont vraiment des cons, ou n’essaie même pas de comprendre.

      Mais en général, je pense que c’est surtout qu’ils sont mal informé, ou qu’il essaie de se faire leur propres idée sur la question sans en fait vraiment savoir quoi la dessus.

      Et bon pour les questions quand on m’en pose je répond toujours, avant ça ce qu’on me demandé souvent c’était au sujet de mon cancer, si j’avais encore du plaisir alors que je n’avais plus d’éjaculation, et hors cela ne change rien pour moi d’en avoir ou pas.

      Ici pour ce qui est des trans et des transgenres c’est pareil, et même si on en voie de plus en plus on peu pas dire qu’on en voie à tous les coins de rue non plus, et c’est souvent les même questions qui reviennes, pourquoi je m’habille comme ça, si c’est des vrais seins, certain me demande si je fait de la muscu ou quoi, avec mes piercings aussi on me demande si ça fait mal, ou si on peu tirer sur la chaine (serai-ce révélateur de ce que son les gens) quand je la met alors que si ça se trouve à peine qu’on leur pince un peu les tétons il crie au secours, mais une fois que c’est sur les autres, là il se demande pas si ça fait mal quand on tire dessus, bon ça me fait pas mal si non je dirai non et les gens tire pas non plus dessus comme des malades.

      Mais bon pour ce qui est des seins, ceux qui font attention voie que j’ai des trucs qui dépasse et soit il reste dans leur coins à me zieuter de leur coté, soit il essaie de prendre des photos en douce croyant que je les ai pas vue, soit il envoie une copine à eu venir me poser les questions qu’ils osent pas poser eu même, et de la j’explique que c’est des vrais, élevé aux hormones comme les poulets, pareil avec ma courte veste en jean, en général on me demande si c’est à ma copine, et la je répond qu’elle c’est barrée, que j’ai essayé de la laver moi et qu’elle à rétréci. ^^

      Il faut bien se dire qu’un fois qu’on rentre pas ou plus dans les repères que les gens on, soit ils ont peur, soit il se pose des questions, soit il devienne agressif, et bon quand je répond j’essaie d’éviter la troisième solution et je prend ça avec humour. ^^

      J’ai aussi des filles qui me demande comment je fait pour avoir des seins plus gros qu’elle, car elle en on pas des très gros et me demande si ça va fonctionner si elles prennent les mêmes médoc que moi, mais malheureusement non, ou encore des mecs qui me dise qu’il aimerai aussi en avoir, mais ce qu’il ne savent pas c’est que ça fait mal quand ça pousse, même que des fois ça me lance tous à l’intérieur, au début ça faisait chatouille et j’étais toujours en train de me gratter mais maintenant c’est plus chatouille que ça fait des fois, et la je ne te parle même pas des transformations que j’ai à l’intérieur avec ma structure osseuse et musculaire, la aussi ça fait mal, dans ma tête aussi ça change, je voie certaine chose différemment, j’ai certain gout qui change,… et bon faut pas croire qu’il y à que les seins qui pousse et que c’est bon, mais c’est tous qui change, et on ne choisi pas, c’est tous ou rien, ça pas mal de personne qui me pose des questions l’ignore, et comme par hasard après quand je leur ai bien expliqué, ben ça les intéresse plus trop d’en avoir, mais ça les empêches pas de me demander après si il peuvent toucher. ^^

    • Ben en fait j’ai même pas eu le temps, avant d’entamer tous ça, j’ai voulu me confier à eux histoire d’être à mon tour entouré au cas ou ça n’irai pas ou quoi comme je l’avais toujours était pour, j’ai cru tomber sur des oreilles attentives et que dalle.

      Je me suis fait jeter en beauté de tous les cotés, on m’a traité de monstre, de pervers, de détraqué, et j’en passe.

      Pour certain ça m’a pas étonné du tout (et ça m’a même arrangé), mais pour d’autre comme Bernard par exemple que je connaissait depuis plus de 25ans, et qui me dit dégage quand il me voie, faut pas déconner non plus, je te dit pas comme j’ai était déçu de toutes ses personnes pour qui j’avais toujours était la et qui m’ont craché à la gueule.

      Les seuls qui m’ont pas laissé tomber c’est Delphine qui m’a toujours soutenu et écouté depuis le début, et Ced que j’ai connu plus tard et qui c’est pas barré quand je lui ai expliqué quoi, pour les autres il ne me reste plus personne de mes dizaines (voir centaine) d’amis que j’avais et qui pour venir chercher mon aide, que je les sortes des problèmes ou ils allaient se foutre,… Il me reste plus personne, et depuis même pas un mail, pas un coup de téléphone, pas de sms, pourtant j’ai toujours la même adresse et le même numéro de gsm, mais rien.

      Par contre pour ma famille me reste plus grand monde, ma mère ma juste dit que je fait ce que je veux mais que j’ai trop d’argent, ma soeur que je serai toujours son frère et mon beau père qui se demandais pourquoi je l’ai pas fait avant.

    • Ca fait longtemps que j’ai compris qu’on à beau avoir autant d’amis qu’on veux, il y aura toujours un moment ou l’autre ou on finira par se retrouver tous seul.

      Je vais pas te cacher que ça m’a dégouté mais bon, cette fois je n’ai rien su faire à ça, et je vais pas aller mendier après leur pseudo amitié, au moins ça m’aura permis de voir que c’était pas de vrai amis, bien que de vrai amis te contacte pas chaque fois qu’il on un truc à demander, parce que entre nous des messages ou quoi pour me demander comment j’allais (même avant mes hormones) j’en ai jamais eu, alors que des fois quand j’étais avec eux, je les voyais sonner à d’autre pour leur demander si ça va, si il on besoin de rien et tous, mais moi que dalle rien, personne c’est jamais posé la question de savoir si j’allais bien, mal, si j’étais content, triste ou quoi.

Laisser un commentaire