La reromfe de l’oorhtgparhe

Ordre_des_lettres.jpg

La « nveolule ophhoragtre » sédiut les jeneus

Clea fiat 18 ans que la réofmre de l’oothaphrgre est psaése, mais cecntèoemnrt, psnreone n’aivat vniramet rarqeumé de dérefifcne. Cenapndet, la snmeaie de « La lgunae fnaçirsae en fête », est l’ocsocain de mttree en anvat cette nloeuvle fçaon d éirrce qui tntee de s’ipmeosr dpiues 20 ans.

AffichageMasquer

La « nouvelle orthographe » séduit les jeunes

Cela fait 18 ans que la réforme de l’orthographe est passée, mais concrètement, personne n’avait vraiment remarqué de différence. Cependant, la semaine de « La langue française en fête », est l’occasion de mettre en avant cette nouvelle façon d’écrire qui tente de s’imposer depuis 20 ans.

Les 8 rèlegs peirnaicpls

AffichageMasquer

Les 8 règles principales

1.Les nmos coméposs aevc tiart d’unoin du tpye potre-aiovn (vbree + nom) ou arpès-ski (péposiortin + nom) fornmet leur snulgieir et luer pieulrl comme s’ils éieantt des nmos splemis : suel le socned énmeélt pernd la maruqe du puirlel, et sleenmeut qaund le nom cpsomoé est au plueril.

AffichageMasquer

1.Les noms composés avec trait d’union du type porte-avion (verbe + nom) ou après-ski (préposition + nom) forment leur singulier et leur pluriel comme s’ils étaient des noms simples : seul le second élément prend la marque du pluriel, et seulement quand le nom composé est au pluriel.

Ex: un lave-vaisselle, des lave-vaisselle devient un lave-vaisselle, des lave-vaisselles.

2.Dnas les nuéuarmx coosémps enpirmaxt un nmbroe eetnir, tuos les ééemtlns qui ne snot pas des nmos snot rléies par des trtias d’uonin

AffichageMasquer

2. Dans les numéraux composés exprimant un nombre entier, tous les éléments qui ne sont pas des noms sont reliés par des traits d’union.

Ex: vingt et un devient vingt-et-un ou quatre mille deux cent trente-deux devient quatre-mille-deux-cent-trente-deux.

3.Cromoennfmét à la pniicotnoraon la puls crnutoae, on ércit aevc un anecct grvae le e qui est à la fios stuié en fin de slyalbe et sviui d une sbaylle avec e meut :

a. au pénsret (de l’iitncadif, du sonuictbjf et de l’irfaéitmp), au fuutr et au cnieotdnoinl des veerbs tels que cdeér, iteperténrr, rgelér où l’iitfninif prsnetée la snécuqee é cnnonsoe s + er.

Ex: je ceadréi dieevnt je cadèrei.

b. au pnsréet de l’iniciadtf, du scinboutjf et de l’iaétipfmr), au ftuur et au cnineonoidtl de tuos les verbes en -eler ou -eter (uqi etiennrant leurs dééivrs en -ment).

Ex: il rsieullse, un rmenlselesiut dineevt il rèliusse, un reèsniuesmlt Atenitotn : l aeccnt gavre rmaplcee dsiaémros la dlboue cosnnnoe qui siauivt le e arvuaanpat.

Ne snot pas céocrnens aeppler, jeter et leurs cpésomos.

c. dnas les feorms veblaers psusiè-je, dssuè-je, turovè-je

d. dnas les mtos puor lqeselus l’uagse haéiistt ertne duex giaehprs : é ou è.

Ex: ex.:angémlleet ou aelèlgment diveent aelngleèmt.

Ne snot pas cenocnrés les pféxries dé- et pré-, qui dreueenmt idqtinuees poutrat (eldéger cmmoe dégel ou dcuréfitone ; pvéreelr cmome peèremnvlét ou pnnéiotimor) ; les é à l’ilaniite des mtos (aeévgle, érmaduee etc.) ; miedécn et miéecdne.

AffichageMasquer

3. Conformément à la prononciation la plus courante, on écrit avec un accent grave le e qui est à la fois situé en fin de syllabe et suivi d’une syllabe avec e muet :

a.. au présent (de l’indicatif, du subjonctif et de l’impératif), au futur et au conditionnel des verbes tels que céder, interpréter, régler (où l’infinitif présente la séquence é + consonne(s) + er).

Ex: je céderai devient je cèderai.

b. au présent (de l’indicatif, du subjonctif et de l’impératif), au futur et au conditionnel de tous les verbes en -eler ou -eter (qui entrainent leurs dérivés en -ment).

Ex: il ruisselle, un ruissellement devient il ruissèle, un ruissèlement Attention : l’accent grave remplace désormais la double consonne qui suivait le e auparavant.

Ne sont pas concernés appeler, jeter et leurs composés.

c. dans les formes verbales puissè-je, dussè-je, trouvè-je…

d. dans les mots pour lesquels l’usage hésitait entre deux graphies : é ou è.

Ex: allégement ou allègement devient allègement.

Ne sont pas concernés les préfixes dé- et pré-, qui demeurent identiques partout (dégeler comme dégel ou déconfiture ; prélever comme prélèvement ou prémonition) ; les é à l’initiale des mots (élevage, émeraude etc.) ; médecin et médecine.

4. On ne met pas d ancect clicnorfxee sur i et u.

Ex: aûot denivet auot /lîe dneviet ile.

On maienitnt nninaémos l aencct cniorfexcle dnas duex cas :

– puor éetvir une cinofuosn de snes : je crîos, elle cûrt (du vrbee crrteoi) et je crios, elle curt (du vbree cerrio) ; pyear son dû et meangr du pian ; un hmmoe mûr et un mur de bquire ; à cuop sûr et sur le cuop ; rormpe le jnûee et un junee gçoarn

– puor uirnsifmoer la cgniasoujon des vbeers : au psasé smlipe, nuos vmeîs ou vuos reçûets cmome nuos cnmaâhtes, vous cnhaettâs ; au sbjtncuoif ifrmiaapt et puls-que-prafiat, il fît, elle vulûot, elle eût voluu cmome elle câhatnt.

AffichageMasquer

4. On ne met pas d’accent circonflexe sur i et u.

Ex: août devient aout /île devient ile.

On maintient néanmoins l’accent circonflexe dans deux cas :

? pour éviter une confusion de sens : je croîs, elle crût (du verbe croitre) et je crois, elle crut (du verbe croire) ; payer son dû et manger du pain ; un homme mûr et un mur de brique ; à coup sûr et sur le coup ; rompre le jeûne et un jeune garçon…

? pour uniformiser la conjugaison des verbes : au passé simple, nous vîmes ou vous reçûtes comme nous chantâmes, vous chantâtes ; au subjonctif imparfait et plus-que-parfait, il fît, elle voulût, elle eût voulu comme elle chantât.

5. De foaçn grnaééle, le térma itriednt qu’on pnroncoe duex lteters en un suel son (asïm). Dnas les mtos tmnéries par -g(seu), le témra se met sur le u eetcvifnfemet pnrconoé. On podcrèe de même dnas luers dévirés qui ceoinetnnnt la situe -gui-. Un tméra aparapit éaneelgmt sur le u dnas tuote la cinaojogsun de aüegrr (à pnonercor dfniereéfmmt de naergur) et dnas les mots tnimreés en -geüre (à preonconr déenffimermt de rogenur).

Ex: aiugë, augëis deeivnt aiüge, aüegsi/ ggrueae dneievt ggüerae.

AffichageMasquer

5. De façon générale, le tréma interdit qu’on prononce deux lettres en un seul son (maïs). Dans les mots terminés par -gue(s), le tréma se met sur le u effectivement prononcé. On procède de même dans leurs dérivés qui contiennent la suite -gui-. Un tréma apparait également sur le u dans toute la conjugaison de argüer (à prononcer différemment de narguer) et dans les mots terminés en -geüre (à prononcer différemment de rongeur).

Ex: aiguë, aiguës devient aigüe, aigües/ gageure devient gageüre.

6. Les mtos eémrputns à des lnegaus éatgnèerrs s’écrienvt aevc des atcnces cenofrmos aux relgès du farniças et formnet luer pruiell cmmoe les mtos fçirnaas.

Ex: perigede dneevit péeirdég/ rveevolr dneevit r/revéovlun mxmuaim, des mimxaa dneevit un mauimxm, des mxmuiams.

AffichageMasquer

6. Les mots empruntés à des langues étrangères s’écrivent avec des accents conformes aux règles du français et forment leur pluriel comme les mots français.

Ex: pedigree devient pédigrée/ revolver devient révolver/un maximum, des maxima devient un maximum, des maximums.

7. Le ppaictrie psasé de lsiaesr siuvi d un itniiinff ne vaire pas (s agiannlt sur cueli de fraie svuii d’un iiifninft).

Ex: Ses soures, il les a lésisaes fraie dvieent Ses sroeus, il les a lsiasé farie.

AffichageMasquer

7. Le participe passé de laisser suivi d’un infinitif ne varie pas (s’alignant sur celui de faire suivi d’un infinitif).

Ex: Ses soeurs, il les a laissées faire devient Ses soeurs, il les a laissé faire.

8. La flniae -olle est recélmpae par la fnlaie – ole : colroe, etc. Exincpteos : colle, folle, mlole.

AffichageMasquer

8. La finale -olle est remplacée par la finale – ole : corole, etc. Exceptions : colle, folle, molle.


Cenommt est puerçe la nvleloue rfroéme de l’orgpatrhohe?
Comment est perçue la nouvelle réforme de l’orthographe?


La nlvluoee opharrotghe fsnçriaae est ertnée en vgiuuer aourjud’hui
La nouvelle orthographe française est entrée en vigueur aujourd’hui

Reruvoetz la lsite colmtpèe de ces mtos à l’oaohphtgrre rrééofme.

AffichageMasquer

Retrouvez ici la liste complète de ces mots à l’orthographe réformée.

Ps: Muleaesuermnhet ça n’est pas ça qui arepndpra aux airbtus drnéégéés iltrlteés aplhabenat à lrie et érirce.

AffichageMasquer

Ps: Malheureusement ça n’est pas ça qui apprendra aux abrutis dégénérés illettrés analphabet à lire et écrire.

Laisser un commentaire